MONTESSORI

LA PEDAGOGIE AU SUCCES MONDIAL ENFIN AU SERVICE DE LA LANGUE ARABE !

La langue est un système ordonné de symboles sur lequel quelques hommes se sont mis d’accord inconsciemment, il y a de nombreuses années, afin de se comprendre entre eux. D’autres groupes d’humains se sont, à leur tour, mis d’accord sur d’autres sons pour communiquer au sein de leur société.

Nous pouvons donc considérer que la langue, soit réunit une communauté d’hommes, soit forme une barrière qui les sépare les uns des autres. Mais grâce aux langues, nous pouvons verbaliser nos sentiments et nos idées par des sons et des signes. La langue n’est donc pas seulement parlée, elle s’écrit aussi.

L’aptitude de l’homme à mettre des mots sur ce que renferme sa conscience le distingue considérablement des autres êtres vivants.

 

Puisque nous savons que la « langue, comme clé sur le monde“ (Maria Montessori) ouvre à l’enfant toutes les portes, nous comprenons immédiatement la grande mission qu’est pour nous l’apprentissage du langage. Nous savons que la compétence linguistique a une fonction essentielle pour la réussite scolaire ultérieure de l’enfant et qu’elle est le fondement de la participation active à la vie sociale. L’apprentissage de la langue englobe tous les domaines de la formation et peut s’appliquer partout dans le quotidien de l’enfant. Que ce soit en psychomotricité, en jouant, en visitant un musée, en se promenant dans la forêt ou en fêtant un anniversaire et naturellement aussi en regardant un livre d’images. Partout et à tout moment, l’enfant, en particulier le jeune enfant âgé de 0 à 3 ans, absorbe la langue. Il construit sa compétence linguistique de manière autonome et inconsciente. Plus tard, au fur et à mesure qu’il avance en âge, la construction passive et inconsciente de la compétence linguistique laisse de plus en plus la place à une construction active et consciente de la langue. Par le passé, nous partions du principe que  les parents et les enseignants faisaient « ingurgiter » la langue à l’enfant, à l’aide de principes de mémorisation  et de répétition.

Maria Montessori nous a ouvert l’esprit en adoptant le point de vue suivant :

  • Pour que l’enfant apprenne sa langue sans efforts, il lui faut un climat porté par « l’amour, le consentement et la sécurité intérieure ». Maria Montessori considère que les éducateurs et les parents doivent être investis dans l’apprentissage du langage.
  • Il faut considérer l’enfant comme un individu autonome ayant son « projet propre ». C’est par l’observation intensive que l’enseignant va connaître l’enfant, ses besoins, ses centres d’intérêt et son stade de développement précis.
  • Notre tâche consiste alors à créer « l’ambiance » pour que l’enfant, en fonction de sa période sensible, trouve le matériel qui nourrira ses sens, lui permettant d’assouvir sa soif de connaissances : Le rôle de l’éducateur consiste donc à orienter l’enfant vers le matériel de langage approprié.

« Rien n’est dans l’entendement qui ne soit auparavant passé par les sens » – Aristot

« L’enfant se construit dans le mouvement » – Maria Montessori

Outre ce qui nourrit ses sens, le mouvement est, pour l’enfant, un élément essentiel du processus d’apprentissage dans la pédagogie Montessori. Nous devons tenir compte du besoin naturel de mouvement que ressent l’enfant, en lui donnant la possibilité d’expérimenter la langue en se déplaçant. L’enfant peut alors se mouvoir librement à l’intérieur du groupe ou de la classe sans déranger ses camarades dans leur travail.